BLA

NT

NZ

TLS

Index égalité Femmes–Hommes / Loi du 5 septembre 2018

Index égalité Femmes–Hommes / Loi du 5 septembre 2018

Airbus SAS : 88/100 – Airbus Operations : 89/100 !

Sur les 1 460 entreprises de plus de 1 000 salariés concernées par l’obligation de publier le 1er mars 2019 l’index égalité Femmes/Hommes :
– 732 ont publié leurs résultats, 560 ont commencé à rentrer leurs données.
– 118 ont moins de 75 points sur 100.

Si le nombre de points obtenus est inférieur à 75, l’entreprise devra mettre en place les mesures de correction adéquates afin d’atteindre au moins 75 points dans un délai maximum de 3 ans.
A défaut, l’entreprise pourra se voir appliquer une pénalité financière pouvant aller jusqu’à 1% de la masse salariale.

Les 5 indicateurs à publier annuellement :
1- Ecart de rémunération entre femmes et hommes, calculé à partir de la moyenne de rémunération des femmes comparée à celle des hommes, par tranche d’âge et par catégorie de postes équivalents.
Résultat Airbus SAS : 38 sur 40 / Airbus Operations : 39 sur 40.

2- Ecart des taux d’augmentations individuelles de salaire (hors promotions).
Résultat Airbus SAS et Airbus Operations : 20 sur 20
.

3 – Ecart des taux de promotions entre les femmes et les hommes.
Résultat Airbus SAS et Airbus Operations : 15 sur 15.

4 – Pourcentage de salariées ayant bénéficié d’une augmentation dans l’année de leur retour de congé de maternité, si des augmentations sont intervenues durant la durée de leur congé.
Résultat Airbus SAS et Airbus Operations : 15 sur 15.

5 – Nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 salariés ayant perçu les plus hautes rémunérations.
Résultat Airbus SAS et Airbus Operations : 0 sur 10.

Résultat Airbus SAS : 88 sur 100.
Résultat Airbus Operations : 89 sur 100.

La CFE-CGC contribue depuis de nombreuses années, tant au niveau local que national, aux négociations, concertations et discussions visant à réduire les écarts de rémunération et de carrière entre les femmes et les hommes.
La CFE-CGC accueille donc favorablement la mise en place de la nouvelle loi qui amène des dispositions obligeant les employeurs à réduire ces écarts de rémunération entre les femmes et les hommes.
Au-delà des indicateurs, la CFE-CGC compte sur la motivation de la direction pour continuer à diminuer les écarts de rémunération et de carrière, notamment au travers des échanges réalisés et actions décidées en commission égalité professionnelle.